Voici ce que je vois à peu près tous les jours (car il faut passer dans un certain couloir) à mon travail. 

cimetière tampons

 

"Un cimetière de tampons" : c'est la réflexion que je me fais à chaque fois que je passe devant.

Il s'agit de vieux tampons qui ne correspondent plus, ou au nom du signataire, ou à sa fonction. De vieux organigrammes en pièces détachées toutes tachées d'encre. Si on les imprimait à la suite, on pourrait presque, stylisée, reconstituer l'histoire de l'organisation...

Ils ne resserviront plus jamais. Aujourd'hui, on introduit le plus souvent tous ces éléments du pavé signature dans les documents élaborés par traitement de texte - et maintenant, les nouveaux tampons qui subsistent, comme "URGENT" ou "RAPPEL" sont déjà pré-encrés. Et pourtant, on ne les détruit pas. Pourquoi ? Il y aurait sans doute une procédure appropriée, comme pour l'archivage ou l' "élimination" ou le pilonnage des documents... 

Ce vieux carton n'est même pas rangé à l'abri (qui sait, des faussaires pourraient s'y intéresser...?), il est sur une desserte, à la vue de tous. Et personne n'a l'air de s'en étonner. Il est vrai que je n'en ai non plus jamais parlé... Peut-être le ferai-je un jour. Peut-être quelqu'un d'autre s'interroge-t-il comme moi sur ce cimetière? Je vous tiendrai au courant.